Pyrite

Pyrite       FeS2     Disulfure de Fer

Couleur : jaune cuivre, jaune-gris, gris, or jaune, vert, brunâtre noir

Dureté : 6 – 6,5

Densité : 5,0 – 5,2

Clivage : indistinct

Trace : noir verdâtre

Cristaux cubiques : cubes, dodécaèdres, pentagonaux, octaèdres

Cassure : conchoïdale, irrégulière, esquilleuse

Pierre du Lyonnais

Elle redynamise le foie, les poumons et le sang. En massage, provoque des réactions dans les nerfs et peut débloquer le foie.

 

 

 

 

 

 

Le nom vient du mot grec pyritès, qui signifie « qui étincelle ». La Pyrite peut contenir des traces de Nickel, Cobalt, Arsenic, Cuivre, Zinc, Argent, Or, Thallium, Sélénium et Vanadium.

Elle ressemble beaucoup à l’or ce qui lui a donné le surnom « or des fous » ou « or des chats ». Ses cristaux prennent souvent la forme cubique, octaédrique ou dodécaédrique aux faces pentagonales appelées pyritoèdres. Elle existe en agrégats fibroradiés en forme de disques appelés « soleil de pyrite ou Marcassite » ou de boules appelées « boules de tonnerre ». Elle a un éclat métallique brillant. Avec le temps, sa surface ternit. En chauffant la Pyrite, elle devient magnétique.

Les origines de la Pyrite sont variées, elles peuvent être sédimentaires, magmatiques métamorphiques, dans les dépôts hydrothermaux ou dans certaines météorites.

La Pyrite est utilisée en bijouterie fantaisie en taille rose pour accompagner diverses gemmes. L’industrie utilise la Pyrite comme source de soufre et de fer. Dans la fabrication de l’acide sulfurique elle sert de minéral de base et dans la production de l’or, du cuivre, du cobalt, du nickel elle est utilisée pour le traitement métallurgique des poudres.

Le poste à pyrite a été utilisé comme récepteur des ondes radioélectriques.

 

 

 

 

 

Gisements

Pérou, Bolivie, Colorado, Espagne, France, Italie, Mexique, Roumanie, Slovaquie, Suède.